Forum Transpirit : esprits et au-delà


Médiumnité, Ange gardien, Hantise, Démons, Spiritualité, Empathie, Esprits, Phénomènes paranormaux, Magie, Radiesthésie, Symboles occultes
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» bonjour
Lun 15 Juin 2015 - 13:57 par ninette72

» Présentation Obligatoire des nouveaux membres
Dim 5 Avr 2015 - 18:13 par Yves Bérubé

» heureux d'etre avec vous tous sur ce site.
Ven 14 Nov 2014 - 11:05 par manuenergie

» prsentation
Ven 14 Nov 2014 - 10:20 par AUPY

» Salut de Toronto de la part de Delia
Lun 20 Oct 2014 - 21:53 par D.

» présentation
Ven 17 Oct 2014 - 8:20 par fouzia

»  FRERE ELYÔN EST LE VRAI PROPHETE !
Dim 28 Sep 2014 - 16:54 par rimus

» Présentation zahra
Jeu 18 Sep 2014 - 20:08 par zahra

» Bonjour à tous
Jeu 11 Sep 2014 - 14:42 par naty13

Un Oeil sur l’Au-delà

Partagez | 
 

 Les Vampires...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Swanlake
Admin
Admin


Age : 31
Localisation : France

MessageSujet: Les Vampires...   Dim 8 Mai 2011 - 19:00

Je souhaitais évoquer un de mes mythes préférés...Qui fascine toujours autant en 2010 avec la saga des Twilight, les series Vampire diaries, True blood etc

Le mythe du vampire a sut inspirer de nombreuses légendes, notamment celle de Dracula et de Nosferatu, ainsi que de nombreux romans comme "Le Comte Dracula" de Bram Stoker, Anne Rice et sa saga des vampires, et bien d'autres encore. Mais il y eut également de nombreux traités qui furent écrit, et dont je présenterais quelques extraits à la fin de cette documentation, par des médecins et des ecclésiastique du temps où le vampirisme atteignit la dimension d'une véritable psychose, affectant des régions entières et mobilisant les autorités militaires et religieuses. Doit-on prendre compte de ces témoignages ? Réalité, imagination, ou déformation de la réalité ? A vous seul d'en juger...

Tout d'abord, il semblerait qu'on eut découvert les toutes premières traces de créatures suceuses de sang, dans la Chine du VI ème siècle à travers des récits servant de témoignages. On a également fait un rapport entre les vampires et les lamies et empuses de la mythologie grecque et romaine.

D'un point de vue psychologique, le vampire serait une matérialisation de nos propres peurs envers les revenants, car nul ne sait ce qui se passe réellement après la mort, et étant donné qu'aux temps où les "épidémies de vampire" eurent lieu les gens étaient entièrement plongés dans les croyances et superstitions, cette superstition, alimenté par la peur, entraîna une véritable psychose à tel point qu'elle conduisit les gens à ouvrir les tombes et à massacrer les morts afin de les "tuer"...

Cette crainte du mort qui se relève de sa tombe et qui vient hanter le monde vivant, existe depuis l'antiquité. Dans certaines traditions, lorsqu'une personne meurt, elle continue à perpétuer chaque geste qu'elle avait pour habitude de réaliser de son vivant. C'est pourquoi, les égyptiens mettaient dans les tombes des morts, de quoi manger et de quoi s'occuper, tels que des outils, des papyrus, des meubles, des jeux ou encore des statuettes pour qu'ils puissent continuer à adorer leur dieux dans l'au-delà, mais aussi pour que ces morts perdent toutes velléités de faire le chemin inverse.

En plusieurs siècles, la vision que l'on porte sur le vampire à bien évolué et est devenu plus diverse par les nombreux points de vues divergeant que l'on a put émettre au cours des siècles présent et derniers. Cette image nous provient généralement du cinéma et des romans (notamment de Anne Rice mais aussi de tellement d'autres).


Le vampire est donc un revenant animé par une volonté qui lui est propre et qui vient roder dans le monde des vivants pour seul but de se nourrir. Car le vampire à un corps, et ce corps, il doit le nourrir, lui procurer une force vitale à sa "survie". Je parles du sang.

Par ailleurs, le vampire doté d'une paire d'incisive très pointu qui lui permet de percer la peau de ses victimes pour se nourrir de leur sang, semblerait n'être qu'une invention des romanciers et du cinéma, car à l'origine, le vampire aspirait le sang à travers les pores de la peau, laissant une trace bleuté.
Il chasse la nuit et dors dans un cercueil le jour, la lumière risquant de le réduire en cendre. Les crucifix et l'eau bénite lui font peur, quant à l'ail il l'honnie par son odeur qu'il trouve exécrable. Dans la littérature, il lui arrive de se métamorphoser en chauve-souris ou en loup mais encore en insectes, et seul un pieu semblerait pouvoir mettre terme à son existence.

En générale, on pensait que les personnes sucidées ou les personnes n'ayant pas bénéficier d'une sépulture dans les règles de la religion, ne pouvaient accéder au paradis et qu'en conséquence, ne sachant où aller, ces âmes revenaient à leur corps et n'étaient plus que des créatures damnées, des enfants de la nuit errant parmi les mortels, dont il fallait prendre garde.

D'après certaines superstitions, la découverte d'un vampire enterré dans un cimetière avait inévitablement contaminé tout les autres cadavres présent en ce même lieux, on parle alors d'épidémie de vampires. Autrement, d'après la version la plus répandu (en partie grâce aux romans) le vampire contaminerait un vivant par un "baiser mortel" qu'il déposerait généralement dans le cou. Cette dernière idée est devenu, par la suite, l'image principale que l'on porte sur cette créature de la nuit de nos jours.

La psychose du vampire se répandit particulièrement en Europe, mais principalement dans les pays slaves. C'est ainsi qu'on ouvrit par précaution les tombes, et que tout corps suspectés d'avoir un quelconque signe évident d'une manifestation vampirique, tel que l'absence de raideurs cadavériques sur le mort, devaient être alors « tués » par une quelconque façon.

Pour ceux qui aiment le mythe du Vampire je vous conseil le chef d'oeuvre de Francis Ford Coppola, Dracula.

-------------------------------------------------------------------------------
Invité, ton coeur est libre, trouve le courage de le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
http://transpirit.forumactif.com
Swanlake
Admin
Admin


Age : 31
Localisation : France

MessageSujet: Re: Les Vampires...   Dim 8 Mai 2011 - 19:04

Nombres de procédés étaient donc employé pour remédier à cette « invasion » de morts-vivants :

Les slaves de l'ouest déposaient sur la poitrine et les membres du mort des pierres plates qui le retiendrait dans son cercueil s'il désirait s'y lever. Du XI ème au XIII ème siècles, nombres de cadavres d'origine slave, furent enterrés entièrement écrasés ou les genoux et les poignets ficelés et roulés dans un tapis. On découvrit que certains morts enterrés étaient allongés sur le ventre, de sorte que s'ils voulaient se relever, ils creuseraient la terre qui se trouverait devant eux et s'enfonceraient d'avantage. D'autres parts, on avait enfoncé de longs clous de fer sur le cadavre, ou perforé la tempe à l'aide d'une longue pierre pointue. Plusieurs d'entre eux, étaient maintenus à la planche qui servait de fond de cercueil par des clous que l'on avaient plantés dans leur mains.

A cause de la faim qui devrait tenailler le mort s'il advenait qu'il se lève de sa tombe, par précaution l'on mettait un caillou ou un bout de métal dans sa bouche pour l'empêcher qu'il ne mastique. En effet, il semblerait que les vampires soient supposés mastiquer dans leur tombe et de dévorer tout ce qui se trouve à leur portée. Parfois, on leur introduisait une épine sous la langue, pour qu'ainsi ses victimes puissent se défendre en utilisant cette arme. On pouvait également, on enfoncer dans leur bouche couteau, clous, ect...

En Roumanie, on plantait éventuellement, un ou plusieurs pieux pointus dans la tombe, de sorte que le mort fussent transpercé et donc tué s'il tentait de se relever.
Par ailleurs, il apparaîtrait que dans certaines tombes, on découvrit des graines de pavots (connus pour leur effet narcotiques), afin d'encourager le mort à « dormir ».
Et enfin, dans les cas les plus courants, on décidait d'empaler ou de brûler le mort, s'il paraissait avoir la moindre anomalie ou s'il présentait un signe évident d'une manifestation de nature vampirique, qu'il fut trouvé en état de décomposition ou en parfait état de conservation.

En Russie, on utilisait le pieu de frêne connu pour ses vertus magiques et d’autres parts des pieux de tremble, de chêne ou d’aubépine, en raison de sa structure épineuse.

Ces croyances envers les vampires, étant notamment présentes dans les pays slaves, on y apporta alors comme explication, une tentative de répandre le christianisme.

Par ailleurs, d'autres s'en suivirent telles que le mythe du vampire se serait inspiré d'une maladie congénitale héréditaire du sang, "On observa qu'une maladie réunissant les symptômes de l'état vampirique était particulièrement courante en raison des mariages consanguins : c'était la Porphyrie". D'après les travaux d'un certain David Dolphin, cette maladie présenterait les symptômes suivants :
-Une blancheur cadavérique, une pilosité abondante, une déformation des dents, une forte sensibilité des rayons du soleil provoquant une intense douleur sur la peau du malade. Mais aussi une allergie à l'ail et des troubles neuropsychiatriques où une personne atteinte de Porphyrie peut devenir parfois très violente et irritable. Le seul traitement connu, serait des saignées "les malades contrebalançaient les effets avec du sang de boeuf (un schéma d'extraction-absorption qui reflète le mécanisme vampirique) - cette technique est encore utilisée (Phlébotomie - saignée veineuse) ... La porphyrie est une maladie congénitale qui, bien que très rare, sévit encore de nos jours (une centaine de personnes au Québec) et ne sera vraiment guérissable qu'avec le soutien de la thérapie génique".

Bref, une maladie dont les symptomes correspondent étrangement à l'image que l'on peut se faire, ou qu'on nous a donné à travers le temps sur le vampire. De quoi se poser des questions...

Mais il se trouve également, que les apparitions de vampires, coïncidaient avec les épidémies qui infestaient et ravageaient les populations comme la peste, la rage ou encore le choléra. Et l'on croyait volontiers, par la suite, à une épidémie de vampire. Ces croyances furent renforcées par les lacunes médicales. Lors des épidémies, par crainte des contagions, il arrivait que l'on ne s'eut pas assurer de la mort clinique du patient et les enterrements étaient parfois un peu trop hâtifs.
Ainsi, lorsqu'un cadavre, quelques jours après son enterrements, était découvert conservé mais maculé de sang ; il s'agissait d'une preuve intangible de cas de vampirisme. Triste ironie lorsqu'on pense que des personnes pouvaient être enterré vivantes, et que ce sang désigné comme celui de ses victimes était probablement le sien. En effet, si l'enterré se fut réveillé dans cette "prison souterraine", il aurait dut probablement se débattre pour pouvoir en sortir et ce, en s'infligeant logiquement des blessures.

Et enfin, comme je l’ai dis plus haut, de nombreux traités furent écrits sur le vampirisme tels que, "Dissertation sur les apparitions des esprits et sur les vampires ou les revenants de Hongrie, de Bohème, de Moravie et de Silésie" de Dom Augustin Calmet parût à Paris en 1746.

"Ils paraissent à minuit et viennent sucer le sang des hommes ou des animaux vivants en si grand nombre et en si grande abondance, que quelque fois il leur en sort par la bouche, par le nez et principalement par les oreilles, et quelquefois le cadavre nage dans son sang répandu dans son cercueil. On dit que le vampire à une espèce de faim qui lui fait manger le linge qu'il trouve autour de lui... Il va la nuit, embrasser violemment ses proches ou ses amis et leur causer enfin la mort. Cette persécutions ne s'arrête pas à une seule personne [...] on ne peut en interrompre le cours qu'en lui coupant la tête, ou en ouvrant le cœur du revenant. Et on retrouve le cadavre dans son cercueil mol, flexible, enflé et rubicond, quoiqu'il soit mort depuis longtemps. Il sort de son corps une grande quantité de sang que quelques uns mêlent avec de la farine pour faire du pain. Et ce pain mangé à l'ordinaire les garantit de la vexation de l'esprit qui ne revient plus."

Et Colin de Plancy dans son "dictionnaire infernal" parut pour la première fois en 1818 :
"On a donné le nom d'upiers, oupires, et plus généralement vampirs, en Occident, de broucolaques (vroucolacs) en Morée, de Kathakhanès à Ceylan, à des hommes morts et enterrés depuis plusieurs années, ou du moins plusieurs jours, qui revenaient "en corps et en âme", parlaient, marchaient, infestaient les villages, maltraitaient les hommes et les animaux et surtout qui suçaient le sang de leurs proches, les épuisaient, leur causant la mort."

source multimania.fr

-------------------------------------------------------------------------------
Invité, ton coeur est libre, trouve le courage de le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
http://transpirit.forumactif.com
 
Les Vampires...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les vampires psychiques...
» Les vampires dans les mythologies du monde
» Loups-Garous et Vampires
» Guide du chasseur de vampires
» Les vampires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Transpirit : esprits et au-delà :: BIEN-ETRE & SANTÉ :: Un Oeil sur la Planète :: MYTHES & LÉGENDES-
Sauter vers: